Joie.

Philippiens 2,18: « Si je dois verser mon sang… je m’en réjouis et je partage ma joie avec vous tous. Et vous de même, réjouissez-vous et partagez votre joie avec moi. »

En nos contrées et en ce temps, nous ne risquons pas d’avoir à verser notre sang, sauf en cas d’attentat. Notre joie en serait-elle amoindrie? La joie profonde est celle de la dilatation de l’être. Et si l’être est blessé par l’épreuve, la joie est enfouie dans les replis du cœur. Un sourire peut la faire éclore comme une toute petite fleur? Je choisis la violette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s