Le cœur du Christ.

De mon livre « La face humaine de Dieu » p. 148:

« Si la résurrection du Christ en sa chair humaine a un sens, nous pouvons alors oser dire qu’il y a un cœur humain qui bat en Dieu, celui du Christ. Toute la compassion, la miséricorde, la tendresse, mais aussi la passion, l’exigence, l’attente folle qui faisaient déjà du Dieu de l’Ancien Testament un Dieu si charnel, tout l’amour de Dieu est devenu humain dans le cœur du Christ, de sorte que notre capacité d’aimer puisse s’élargir et être dilatée à l’infini de l’amour de Dieu selon la belle expression de France Quéré: « L’homme est un infini logé en une finitude »… Voilà ce que fait le moine qui intercède pour lui-même et pour le monde: il contemple le cœur du Christ et il attend dans une ardeur patiente et têtue qu’il transfigure nos cœurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s